Lucien Bitaux

FR

EN

Les liminaux, la métamorphose
de l’être en sa vision

2020

Production Le Fresnoy, studio national des arts contemporains

• Environ 40 dispositifs optiques fabriqués en plastiques, verre, acier
• Multiples tirages de photographies faites au travers de ces dispositifs
• Systèmes de monstration de ces photographies


L’objectif de ce projet est de représenter ce qui voit : le voyant. Un système d’optiques qui se montrent dans les images a donc été fabriqué. Les photo-graphies produites témoignent alors de la forme de l’objet transparent qui a permis de les capturer. Entre un réel précaire et un réel impérieux, ces images insistent sur la relativité du regard et des représentations.

Les optiques entoptiques

Ces instruments optiques ont été fabriqués dans le but d’apparaître dans les images qu’ils capturent. Ils ont des défauts, des aberrations, ils sont imparfaits, car ils ne disparaissent pas dans le résultat photographique. Ils s’affirment ainsi comme morceaux de réel, au même titre que l’environnement qu’ils permettent de capter. Parfois composés d’objets préexistants ou bien totalement fabriqués, les modules optiques peuvent être associés et agencés à l’infini pour proposer des façons toujours nouvelles de voir. Lorsque ces outils sont utilisés, ils sont montés devant l’appareil photographique dénué de son objectif industriel. Dans l’exposition, ces optiques deviennent des sculptures qui font face aux clichés qu’elles ont permis de produire.

Les expériences photographiques

Ces multiples boîtes lumineuses proposent de voir les captures faites au travers des optiques entoptiques avec un regard toujours nouveau. Coincés dans des couches transparentes, les tirages argentiques se super-posent à des images digitales qui apparaissent sur un écran, devant ou derrière elles. Les visuels sont sans cesse modifiés par ces changements numériques et questionnent à l’infini ce que l’on voit ou ce que l’on a vu. De ce fait, un spectateur restant au milieu de ce paysage qui se transforme lentement ne verra jamais deux fois la même chose. Chaque boîte de lumière tente quelque chose avec les images : certaines vont les superposer, d’autres vont les associer aux mouvements d’une vidéo, d’autres vont user de phénomènes optiques qui permettent de voir autrement l’image… Une des expériences consiste aussi en la conception aléatoire de phrase descriptive de ces paysages photo-graphiques mobiles. Des mots sont sélectionnés au hasard dans une longue liste et écrivent des petites histoires qui donnent des clefs d’entrée à ce travail visuel.

Les grands films

Ces grands formats flottants permettent d’entrer complètement dans certaines des captures. Ces visions, entre figuration et abstraction, présentent un réel dont on doute, mais qui nous donne pourtant des indices tangibles d’une présence matériel avec des formes nettes qui se dessinent au milieu des apparitions lumineuses, des déformations optiques, des reflets…

Perfogrammes

2018

Plaques perforées à la découpeuse laser selon une trame de points personalisée, plaques de PMMA diffusantes, leds

dimensions variables

Le perforgamme est une technique d’enregistrement d’image inventée qui inclut le visuel dans la matière, à la manière d’une diapositive découpée. Par projection de ces images perforées, une nouvelle matérialité de ce qu’elles représentent apparaît, la lumière dessine un spectre.

Cartographie des trous noirs

2016

Protoype de cartographie interractive symbolisant le champ gravitationel des trous noirs. De petites leds, imageant des étoiles, s’estompent à l’approche du centre de la carte.
Projet réalisé en partenariat avec Camille Astié.

Qu’est ce que le chaos?

2016

Ce petit travail éditorial expérimental vise à chercher l’image stéréotypique du chaos. Différentes personnes ont été interrogées sur la couleur, la texure, la forme et la densité du chaos. Chaque réponse est transcrite sur une carte transparente et peut ainsi être confondue avec les autres éléments visuels exprimés : une image du chaos est fabriquée.

Grands détails

2015

20 formats 35 par 50 cm

De grands détails issus des mondes minéral et végétal sont transcrits sous forme d’impressions-dessinées.

Particules optiques

2021

10 tirages photographiques numériques

10 format 30 par 40 cm

Les particules optiques sont des photogrammes numériques d’instruments d’optiques et de diapositives. Le dispositif photographique est ainsi inversé : une lumière éclaire le capteur, l’ombre de l’optique se retrouve projeté sur ce dernier. L’optique ne sert plus à voir, elle est vue.

Les astres anecdotiques

2019

Pour la revue culturelle Espace(s) éditée par le CNES (Centre national d’étude spatiale), le projet des Astres anecdotiques propose une confusion entre images sur écran et images imprimées. En parrallèle, le projet a été édité dans un petit livre de 26 pages comportant l’ensemble des expériences visuelles.

La boîte à outils

2021

14 tirages photographiques numériques
60×80 cm

Des pierres sont scannées, sur divers fonds colorés, pour les présenter comme des outils. En effet, je les utilise moi-même dans la plupart de mes travaux. Ces portraits rendent hommage à ces minéraux qui apparaissent dans de nombreux projets.

E pur si mueve

2016

Machine expérimentale de lecture cartographique

Développée avec Camille Astié, Éléonore Geissler et Albane Monnier.

Lensoscope

2018

Faisceau laser sur tiges en acier, lentille sur tige, lentilles gravées sur tiges

dimensions variables

Le lensoscope est un dispositif inventé composé d’un laser, d’une lentille vierge et de lentilles gravées. Il a pour objectif d’enregistrer des images sur de toutes petites surfaces et d’ancrer l’image dans la matière. Cette combinaison laser/lentilles se retrouve alors harmonisée par la projection.

Quartier autour

2016

24 photographies argentiques

Des maisons le soir, dans un quartier résidentiel à Nanterre, vides ou allumées, avant de retourner travailler.

Scoposcope Émilie du Châtelet

2018

Machine en tôle pliée sans soudure, moteur, leds, lentilles

100×100×30 cm

Le Scoposcope Émilie du Châtelet propose une projection sur trois côtés d’empreintes plastique en rotation. Les images de l’objet transparent sortent de la machine.

Scoposcope René Descartes

2018

Machine en tôle pliée sans soudure, moteur, leds, gyroscope fait main, plexiglas dépoli

80×80×80 cm

Le Scoposcope René Descartes projète des empreintes thermo-formées. Il développe le principe de la scoposcopie sur trois dimensions, en proposant un mouvement giroscopique, le volume de l’empreinte est décomposé sur trois faces.

Scoposcope Maurice Merleau Ponty

2018

Machine en tôle pliée sans soudure, moteurs, leds, lasers, gyroscope fait main, verre dépoli, lentilles

120×60×100 cm

Scoposcope multi-fonction, le Merleau-Ponty propose des multitudes de combinaisons pour transmettre les empreintes captées. Toujours en jouant avec le mouvement et la lumière, sa modularité propose des visions mobiles du monde.

Charbon tactile

2017

Charbon, fils, arduino, projecteur

Avec Camille Astié au sein de l'école de PaTI en Corée du sud, nous avons conçu une expérince graphique faite à partir de charbon. Nous avons réalisé des morceaux de charbon qui réagissent au toucher et déclenchent des sons et images racontant une histoire climatique. Des tremblements de terre, des orages, des pluies… Tous ces éléments sont cumulatifs et créent un nouvel environnement.

Corée en photographies

2017

série de photographies numériques

Photographies prises en Corée du sud, du nord au sud, avec le regard extérieur de la photographe Kim Hee Jung.

Illuigonie

2017

livre, tirage unique

Illuigonie signifie «l’origine imaginable mais non vérifiée d’une chose», c’est un mot inventé. Il titre cet inventaire comportant un an de recherche plastique sur 700 pages. Ces recherches nourissent mes productions et, parfois, les constituent.

Les mots intéressants

2018

livre, 20 exemplaires

Un tout petit livre relié dans un ordre aléatoire crée des phrases hasardeuses avec des sujets et des verbes. Ces mots microscopiques fabriquent une pensée et donnent des idées.

Obscura Filippo Brunelleschi

2018

Machine en profilés aluminium, moteur, lentille, leds, miroir, plateau tournant

60×30×35 cm

Il s’agit d’une machine à projeter des objets en direct. L’image est générée dans l’actuel, à la vitesse de la lumière. La confusion entre un objet et son image n’existe plus. L’objet à une relation à son image comparable à celle qu’il aurait à son ombre.

Le minuscule vertige

2020

10 tirages photographiques argentiques, 3 tirages sur coton

formats divers

Le minscule vertige est une série de photographies de paysages de montagnes sans retouche. À travers un prisme, l’œil de l’appareil s’affole, le regard se perd entre cieux et sommets. Une confusion se fait entre ce qui se trouve devant et ce qui est derrière, de nouveaux horizons se dessinent.

Ombres noires et blanches

2018

Tirages argentiques noirs et blancs

dimensions diverses

Les ombres noires et blanches sont des photogrammes issus d’empreintes thermoformées. Elles sont des enregistrements photographiques des projections des empreintes en plastique, une trace du volume. En partant du transparent, on parvient à des images contrastées et lisibles.

Ombres couleurs

2019

Tirages argentiques couleurs

dimensions diverses

Les ombres couleurs sont des photogrammes couleurs des empreintes thermoformées. Elles sont des enregistrements des interférences présentes dans les matières plastiques modelées. À partir du transparent, on fabrique des interprétations des objets.

Résonances

2018 — 2019

Structure en profilés aluminium, diffusants, néons, filtres, surfaces plastique thermoformées, objets organiques

de 130×31×20 à 250×68×25 cm

Ces grandes plaques sont des sortes de cieux, des ouvertures sur une nouvelle transparence. En jouant avec les interférences présentes dans ces grandes empreintes en plastique de matières organiques, on constitue un nouveau décor.

L’installation s’inscrit en lévitation dans un espace sombre, on se plonge ainsi dans les résonances qui deviennent des visions flottantes. Une résonance tourne et montre le procédé de projection, elles sont complétées par leur photogramme.

Laserographes

2018 — 2019

15 tirages argentiques

Ces sortes d’aurores boréales en courbes de Bézier sont des traces photographiques de lumière diffractée. L’infra-monde présenté en mouvement en devient hypnotisant. Les ombres des formes issues de l’infiniment petit sont enregistrées. Ces tirages argentiques directement faits par laser deviennent des ponts entre le technologique et l’analogique. Ce sont des hématomes de lumière.

Mission liminale

2019

impressions jet d’encre photographiées, 4 tirages

formats divers

De minuscules images sont imprimées, elle représentent des parties du monde : astres, mers, végétaux, minéraux, yeux… Rephotographiées, ces images ouvrent sur une autre dimension : celle de l’image même.

Les images phénoménologiques

2021

Dalles rétro-éclairantes, plaques en plastique gravées, filtres

33×22,5 cm

Les images phénoménologiques sont des photographies gravées sur des surfaces plastiques mises en résonance. Avec ces nouvelles images dont les couleurs bougent selon le mouvement du regardeur, les formes naissent de l’irisation de la matière.

Les images phénoménologiques se déclinent en série, pour former un ensemble de matières-lumières issues de différents éléments minéraux. Les différentes visions qui apparaissent de ce procédé physique posent la question de la minéralité des images.

lucien.bitaux(at)gmail.com

Curriculum Vitæ

Portfolio

Diplômé de l’Ensad, Lucien Bitaux y a inventé la Scoposcopie, une discipline cherchant à représenter les dimensions imperceptibles. Il poursuit ce travail à propos du visible en résidence à la Cité internationale des Arts et au Fresnoy, studio national des arts contemporains. Il réalise alors le projet «Les Liminaux, métamorphose de l’être en sa vision». Naïvement, il cherche d’autres façons de capturer et de montrer le réel. Cette démarche expérimentale s’appuie sur la fabrication de ses propres instruments. La photographie, la captation par le biais d’optiques et la projection lumineuse incarnent ses médiums de prédilection. Aujourd’hui, il commence une thèse en création artistique intitulée «La représentation des dimensions imperceptibles — exploration critique des visualisations artistiques et scientifiques», co-dirigée par Nathalie Delbard et Melik Ohanian en partenariat avec le Fresnoy et l’université de Lille. Il a exposé dans plusieurs lieux, comme la Générale ou la Villette.

Artiste membre de l’ADAGP. Toute utilisation des œuvres de Lucien Bitaux doit faire l’objet d’une demande d’autorisation préalable auprès de l’ADAGP.



Texte de Joséphine Dupuy-Chavanat, commissaire d’exposition, septembre 2020 :

«
Lucien Bitaux est un photographe-magicien. « La photographie est une sorte de magie – ou pour le dire autrement, la photographie produit des expériences cérébrales pour le regardeur qui sont équivalente à la magie »[1]. Au-delà de la nouvelle esthétique et du post internet chers aux photographes depuis les années 1990, Lucien est ancré dans le réel et dans la manipulation sensible de celui-ci. Il m’apprend le terme d’« acheiropoïete », une image qui ne serait pas réalisée par la main de l’homme. Cet aspect miraculeux de la photographie est le champ d’étude et d’expérimentation de Lucien. L’artiste est le maître d’œuvre d’un ensemble de dispositifs qu’il empreinte aux différents « -scopes » de la science : lensoscope, scoposcope, gyroscope… Tout est lié à ce que le regardeur a sous les yeux. Et ce que la machine photographique, avec ses lentilles, ses optiques, ses objectifs, permet de voir. Lucien Bitaux travaille sur la relativité de l’image à partir de ce qu’il appelle les « liminaux », c’est-à-dire « ce qui se trouve au seuil de la perception ». La peinture est composée d’huile ou de gouache étalées sur la toile, la sculpture constituée d’argile, de bois ou de bronze, la photographie quant à elle repose sur des lentilles invisibles, mais qui permettent de voir et de révéler une image. La magie dont parle finalement la commissaire d’exposition Charlotte Cotton reposerait sur cet aspect visible-invisible de la photographie.

Lucien Bitaux est un inventeur. Il a développé le perfogramme, « une technique d’enregistrement d’image incluse dans la matière, à la manière d’une diapositive, mais creusée », le laserographe, un outil hypnotisant aux « projections mouvantes qui forment de sortes d’aurores boréales en courbes de Bézier », ou encore les résonnances. Cette dernière est fascinante. Comprise dans une structure en aluminium et composée successivement de LED, d’un film polarisant, d’un plastique thermoformé et un second film polarisant inversé, les résonnances révèlent, lorsqu’on est face à elles, un paysage organique et flottant aux couleurs pétrole. Lucien joue sur ces effets d’optique en manipulant la lumière, la couleur et la matière pour créer une image iridescente que notre œil voit en relief.

Le projet en cours Les liminaux, la métamorphose de l’être en sa vision pousse Lucien Bitaux à aller toujours plus loin dans son procédé photographique. Il maîtrise étape par étape la réalisation de ses objectifs, les dispositifs de tirage numérique et argentique, et les modes de monstration des photographies. « L’objectif de ce projet, dit-il, est de représenter ce qui voit, le voyant ». Lucien a passé une semaine sur l’Île d’Ouessant muni d’une quarantaine de dispositifs optiques qu’il a lui-même fabriqué. Pour chaque prise de vue, l’artiste a installé devant l’appareil photo privé de son objectif initial ces lentilles découpées, moulées ou gravées. Lucien compose des combinaisons d’optiques placés à différentes distances et passe de longues heures à effectuer une minutieuse mise au point. Le résultat : un paysage altéré, renversé, désorienté. La succession des lentilles optiques dévoile une maison qui disparaît dans une sorte d’abstraction lumineuse, un rocher qui semble se fragmenter, une eau qui se trouble au contact de la roche… Au total, des dizaines de clichés que Lucien propose de tirer et de présenter de multiples manières : dans des boites lumineuses, tantôt tirés sur du papier clear (transparent) argentique, tantôt projetés sur d’autres photographies. Une dizaine de scènes photographiques cohabiteront dans l’espoir de proposer au visiteur des expériences visuelles inédites. Ouessant a la particularité d’accueillir 5 phares. Ce n’est peut-être pas un hasard, quand l’on sait, nous dit Lucien, que « le phare est en quelque sorte l’origine du visible et concurrence les astres dans la nuit ».

[1] Charlotte Cotton, Photography is magic, édition Aperture, 2015
»
Les imageries exploratoires
— une mise en regard des visualisations astronomiques
et des pratiques photographiques expérimentales

En partant du constat qu’il existe des similitudes formelles entre les visualisations astronomiques et certaines pratiques photographiques expérimentales actuelles, cette thèse parcourt les façons de voir et percevoir contenues dans ce que nous nous proposons d’appeler les « imageries exploratoires ». Celles-ci, inscrites dans les domaines distincts de la science et de l’art, se rapprochent par leurs procédés de fabrication. Une symétrie voire une réversibilité s’installe entre les deux disciplines, dont il s’agit de définir le champ commun. Qu’elles proviennent de l’art ou de la science, les imageries dites exploratoires apparaissent suite à un acte de visualisation, mais sans que les formes qui les composent ne soient totalement maîtrisées ou connues d’avance. En ce sens, l’astronomie comme la photographie expérimentale découvrent des images qui sont à proprement parler des découvertes.
S’appuyant sur les notions d’habitabilité, de palpabilité et de minéralité des images, ce doctorat en création artistique interroge donc les processus d’apparition des incommensurabilités. De ces conversions en visibilités, un paradoxe naît, logé entre la finitude des images qui tiennent dans une main, et l’infinité des échelles macroscopiques et microscopiques qu’elles représentent. De telles visualisations nous permettent d’explorer des formes ou des éléments sans pour autant les avoir vus. Autrement dit, elles apparaissent tout en faisant apparaître. Cette ambivalence structure le travail de la thèse aussi bien dans sa part écrite que dans le projet plastique. L’installation artistique qui accompagne la recherche théorique vise à manipuler et produire de telles imageries en se construisant sur le modèle de l’observatoire astronomique, déplacé au champ de la création. L’étude s’inscrit ainsi à la croisée des arts, des sciences et de la phénoménologie pour prendre du recul sur la représentativité des images des dimensions imperceptibles, sur leur relation à l’objectivité, et surtout sur leur interaction avec l’acte de voir lui-même.

Présentation du projet de thèse